Les yeux bleus de la montagne (Th. Gauthier)

Au XIX siècle, le mouvement romantique met en valeur la nature.

C’est aussi la période ou les routes de montagne débarrassées des « bandouliers », voleurs de grand chemin, par les troupes de Napoléon II, permettent l’accès aux sources thermales.

Les sommets des Pyrénées attirent de plus en plus les intellectuels et les poètes.

Voici un joli poème de Théophile Gauthier sur les lacs d’altitude

On trouve dans les monts des lacs de quelques toises,
Purs comme des cristaux, bleus comme des turquoises,
Joyaux tombés du doigt de l’ange Ithuriel,
Où le chamois craintif, lorsqu’il vient pour y boire,
S’imagine, trompé par l’optique illusoire,
Laper l’azur du ciel.

Ces limpides bassins, quand le jour s’y reflète,
Ont comme la prunelle une humide paillette ;
Et ce sont les yeux bleus, au regard calme et doux,
Par lesquels la montagne en extase contemple,
Forgeant quelque soleil dans le fond de son temple,
Dieu, l’ouvrier jaloux !

Pas encore de commentaire

Déposez un commentaire

Votre adresse de contact ne sera pas affichée.